Everything Sucks, le meilleur des années 90

0

Everything Sucks est une comédie qui ne paye pas de mine mais qui mérite d’être vue. Sa bande annonce le laissait présager, mais après l’avoir vu, je peux confirmer. La série Netflix est vraiment marrante !

Elle l’est évidemment d’autant plus quand on a connu et qu’on a grandi dans les années 90. Et pour partager ce que vivent Luke et Kate, il n’y a pas besoin d’avoir vécu à Boring dans l’état de l’Oregon. Evidemment, avoir placé l’action à Boring, renforce encore le propos d’Everything Sucks.

C’était pourri de grandir dans les 90’s. Surtout quand on vivait dans une petite ville de campagne où ce qui compte c’est d’être normal, avoir une famille normale, vivre une vie normale. Mais tant de normalité, cela n’existe pas dans la vie. C’est bien pour cela que les années 90 étaient si craignos. On ne rentrait jamais dans le moule.

La série le rappelle habilement. Déjà Luke et Kate, les deux personnages principaux, ne grandissent qu’avec un de leurs parents. Cela suffisait déjà pour être mis au ban par ses gentils camarades de classe. Dans ce cas là, une seule solution, trouver une nouvelle famille, un groupe qui nous adopte.

Pour Luke, cela passe par sa petite bande de geeks composée de Tyler et McQuaid. Pour Kate cela passe sur son questionnement quant à ses orientations sexuelles. Tout cela donne à l’écran son lot de références à cette époque.

Everything Sucks, une époque pourrie à laquelle on retournerait bien

Kate est fan de Tori Amos évidemment ! Luke et ses potes sont eux à fond dans le high tech et la vidéo. Un grand moment est quand ils créent ensembles un clip. Les références à Nirvana, Oasis etc s’enchaînent. Un régal !

La musique, et par là même les baladeurs CD, sont très présents dans la série. Il n’y avait pas d’Internet, donc pas de mp3 ou de streaming alors. Cela tombe bien, la musique des années 90 est excellente. On y entend beaucoup Oasis. On a droit à un débat entre Tyler et McQuaid sur les paroles d’Ironic d’Alanis Morrissette, le hit de 1996.

Le trio de potes étant geeks, évidemment les VHS sont omniprésentes dans le film. Et donc il y a aussi des magnétoscopes. Pour ceux qui ont connu l’époque, cela rappelle des souvenirs. Evidemment, il y a aussi une discussion sur la future trilogie des préquelles de Star Wars pour lesquelles l’attente semble être forte…

Cette série ne dépaysera pas ceux qui ont connu cette époque. Les péripéties des ados de l’époque sont toutes spot on, et la galerie des personnages autour d’eux est au niveau. Je ne vous parle même pas des tenues vestimentaires qui rappellent comme la mode a bien évolué depuis.

Pour faire d’Everything Sucks une série totalement réussie, Ben York Jones et Michael Mohan ses créateurs ont introduits des personnages qui ont des reculs sur l’époque, en la personne des parents de Luke et Kate.

Ken Messner et Sherry O’Neil, respectivement père de Luke et mère de Kate, ajoute une touche comique qui améliore encore l’attrait de la série. L’ensemble du casting est parfait et redonne vie à une époque qui semblait peut-être pourrie alors, mais à laquelle on aimerait bien retourner aujourd’hui.

REVIEW OVERVIEW
Histoire
Personnages
Mise en scène
Previous articleLe Puits des mémoires t.1, de Gabriel Katz
Next articleDept. H, bande annonce du comics à paraître chez Futuropolis