Japan sinks 2020 : la famille pour bouée de sauvetage

0

Japan sinks 2020 est un animé disponible depuis le 9 juillet dernier sur Netflix. Cette série de 10 épisodes est l’adaptation d’un roman de Sakyō Komatsu. Komatsu est considéré comme l’un des auteurs phares de la littérature de science-fiction japonaise. Son œuvre tourne principalement autour des grandes catastrophes et la résilience de la population. Ce Japan sinks 2020 en est une démonstration.

Tout commence donc peu de temps après les JO de Tokyo en 2020. Un tremblement de terre de très grande ampleur frappe l’archipel nippon. Le pays est ravagé par le séïsme d’une violence inouïe et commence à être inondé par le tsunami qui suit. Mais les Japonais vont alors assister à quelque-chose d’inimaginable, les îles qui forment leur pays vont purement et simplement couler dans l’Océan Pacifique.

Une série qui est dure

Ce désastre, nous le suivons en même temps que la famille Mutoh. Il y a Ayamu la fille aînée qui fait partie des espoirs de l’athlétisme du pays, Go, le fils cadet qui est un adepte des jeux vidéos, Mari, la mère une ancienne nageuse professionnelle, et Koichiro le père qui travaille dans le domaine de la construction.

Chacun des quatre membres de la famille n’a qu’une seule envie lorsque le désastre se produit, retrouver les autres. Ils sont éparpillés aux quatre coins de la capitale, mais malgré les obstacles, et grâce à l’ingéniosité de Koichiro ils se retrouvent cependant. A partir de là pourrait-on croire, tout ira bien. C’est hélas loin d’être le cas, la série est dure à regarder et cela ajoute à la crédibilité de ce que vivent les personnages.

Japan sinks 2020 : pas un feel-good movie !

La famille, à laquelle s’ajoutent des amis, des voisins, ou des simples rencontres sur leur chemin ne sont pas au bout de leur peine. Ils vont faire face à la méchanceté, l’égoïsme, mais heureusement ils rencontreront également des personnes gentilles et généreuses. Mais dans ce pays dévasté, l’ennemi ce n’est pas seulement les personnes malintentionnées. Ce sont également les éléments et la nature bouleversée.

Après le désastre initial, d’autres personnes vont mourir tout au long du chemin du petit groupe. Malgré les obstacles, Ayumu et Go et ceux qui les entourent vont continuer à aller de l’avant coûte que coûte. Pourtant il faut bien le dire, en regardant Japan sinks 2020, on se demande si à leur place on réussirait à avancer de la sorte malgré les difficultés, la peine et les blessures.

Rien ne nous est épargné au fil des épisodes. D’un hélicoptère qui se crashe et dont les passagers se jettent dans le vide pour échapper à l’accident, à la mort à cause d’une mine en creusant pour trouver de quoi se nourrir, au tirage au sort pour pouvoir être évacué par bateau à l’ami qui se sacrifie pour récupérer des données scientifiques essentielles, le spectateur et les personnages principaux vont de catastrophes en déchirures.

La famille et la Nation pour renaître

Les liens filiaux et d’amitiés entre les personnages leur permettent d’aller de l’avant. Evidemment les plus âgés n’ont pas peur d’aller au-delà de leurs limites pour permettre aux plus jeunes de survivre. Tout au long du livre, les personnages confient également leur désarroi de voir le Japon disparaître. La famille et la Nation sont les deux éléments rassembleurs pour tous ceux qui tentent de survivre.

C’est le message de Sakyō Komatsu. Face à l’adversité pour survivre on ne peut que se raccrocher aux rochers que tout le monde possède. Ils sont la famille, au sens large qui se compose à la fois des parents et amis que l’on peut rencontrer, et la Nation ce lieu où une population rassemblée par des traditions et des valeurs communes décide de s’épanouir.

Evidemment après les obstacles il y a la renaissance et c’est sur cette note positive que se conclut

REVIEW OVERVIEW
Histoire
Personnages
Mise en scène
Previous articleLight of my Life : les femmes, ce phare qui guide les hommes