Les Vivants au prix des morts, de René Fregni

0

J’ai découvert le dernier roman de René FregniLes Vivants au prix des morts lorsqu’il a reçu le prix des lecteurs Gallimard. Je remercie les éditions Gallimard de m’avoir fait découvrir le roman de René Fregni. Une découverte de l’auteur pour moi.

Résumé :

Lorsque le douzième coup de midi tombe du clocher des Accoules, un peu plus bas, sur les quais du Vieux-Port. Les poissonnières se mettent à crier : «Les vivants au prix des morts !» Et chaque touriste se demande s’il s’agit du poisson ou de tous ces hommes abattus sur un trottoir, sous l’aveuglante lumière de Marseille… 

À Marseille, René n’y va plus que rarement. Il préfère marcher dans les collines de l’arrière-pays, profiter de la lumière miraculeuse de sa Provence et de la douceur d’Isabelle. Il va toutefois être contraint de retrouver la ville pour rendre service à Kader, un encombrant revenant. Kader qu’il a connu lorsqu’il animait des ateliers d’écriture à la prison des Baumettes, belle gueule de voyou, spécialiste de l’évasion. Kader, qu’il voit débarquer un jour à Manosque traqué par toutes les polices, en quête d’une planque, bien avant la fin prévue de sa longue peine. Dès lors, il est à craindre que le prix des vivants soit fortement revu à la baisse… Commence un face-à-face entre le silence de l’écriture et celui des quartiers d’isolement. Entre la petite musique des mots et le fracas des balles. 

« […] Je suis devenu écrivain grâce à ces lambeaux de livres. J’ouvrais un livre, le matin, et c’est comme si l’aumônier m’avait donné les clés de la prison, je partais en voyage… Voilà ce que je vais faire depuis vingt ans dans les prisons, j’apporte les clés et personne ne s’évade. »

J’ai passé une après-midi avec les mots de René Fregni. Une fois commencé, je n’ai pas pu me résoudre à arrêter ma lecture. C’est un roman sous forme de journal avec beaucoup d’éléments personnels de l’auteur. Il nous démontre comment les mots peuvent changer une personne, une vie. Le pouvoir de la littérature et de l’écriture.

L’auteur nous montre une autre image de la prison également à travers ses mots et ses rencontres. Le personnage de Kader et ses réflexions sur ce que la prison a fait de lui. Les mauvaises rencontres l’ont mené ici. Par peu de mots l’auteur nous offre des personnages nuancés. Les sujets et les genres abordés sont multiples également.

Je ne connaissais donc pas du tout l’écriture de René Fregni avant cette lecture. Et j’ai véritablement été séduite. Un style fin avec quelques pointes d’humour. Un vrai plaisir qui m’a éloigné du monde extérieur pendant quelques heures.

Les Vivants au prix des morts de René Fregni
aux éditions Gallimard (mai 2017)
192 pages