Quelqu’un pour qui trembler, de Gilles Legardinier

61
0

Je n’aurai jamais lu Quelqu’un pour qui trembler de Gilles Legardinier si on ne me l’avait prêté pour que je le lise. Je n’avais pas aimé ma lecture de Demain j’arrête c’est pour cette raison que ce roman a attiré dans ma pile de lecture : pour que je change d’avis sur l’auteur.

Résumé :

Peut-on être un père quand on arrive vingt ans après ? Pour soigner ceux que l’on oublie trop souvent, Thomas a vécu des années dans un village perdu en Inde. Lorsqu’il apprend que la femme qu’il a autrefois quittée a eu une fille de lui, ses certitudes vacillent. Il lui a donné la vie, mais il a moins fait pour elle que pour n’importe quel inconnu. Est-il possible d’être un père quand on arrive si tard ? Comment vit-on dans un monde dont on ne connaît plus les codes ? Pour approcher celle qui est désormais une jeune femme et dont il ne sait rien, secrètement, maladroitement, Thomas va devoir tout apprendre, avec l’aide de ceux que le destin placera sur sa route. Voici la réjouissante histoire de ce que nous sommes capables de réussir ou de rater au nom de la seule chose qui compte dans nos vies. 

Quelqu’un pour qui trembler : un roman feel-good

J’ai eu quelques difficultés au début à suivre Thomas dans son retour en France. Après avoir passé 20 ans dans les villages les plus reculés du monde, en Afrique ou en Inde. Il revient en France dès qu’il apprend que sa petite amie d’il y a vingt ans a eu une enfant de lui.

Donc son retour et ses multiples comparaisons avec la vie simple dans le petit village indien dans lequel il se trouvait m’a un peu agacé. J’avais surtout peur en le lisant que cela dure trop longtemps. Mais l’auteur a su s’arrêter au bon moment. Et les critiques de notre société moderne à travers le regard de Thomas sont bien dosées.

Beaucoup d’humour et d’émotions

Gilles Legardinier a finit par me conquérir à travers les pages. J’ai aimé suivre les aventures mais surtout les mésaventures de Thomas. Son nouveau travail dans une maison d’accueil de personnes âgées apporte beaucoup au roman. J’ai beaucoup aimé le personnage de Pauline, l’infirmière. C’est un personnage très frais sans préjugés et prête à beaucoup de choses pour aider son nouveau patron dans sa quête de mieux connaître sa fille. On retrouve beaucoup d’humour et de situations assez grotesques.

Thomas va découvrir petit à petit sa fille, de loin. Il va surtout se révéler lui-même comme un père.

Malgré mes gros a priori de départ, j’ai bien aimé lire ce roman sans que ce soit un coup de cœur. Les personnages et le style m’ont beaucoup plus. Mais ce n’est pas du tout mon style de lecture. Je trouve quand même toutes les situations surjouées, et je suis un peu hermétique à ce style. Quelqu’un pour qui trembler m’a tout de même réconcilié avec l’auteur 😉

Quelqu’un pour qui trembler, de Gilles Legardinier
aux éditions Pocket (5 janvier 2017)
genre : contemporain
480 pages