Le Pouvoir, de Naomi Alderman

6

Le Pouvoir, de Naomi Alderman est le roman de la rentrée 2018 qui me faisait le plus envie. Je remercie les éditions Calmann-Lévy et le site Netgalley pour cette lecture.

Résumé :

Et si les femmes prenaient enfin le pouvoir dans le monde entier ?
Aux quatre coins du monde, les femmes découvrent qu’elles détiennent « le pouvoir ».
Du bout des doigts, elles peuvent soudain infliger une douleur fulgurante – et même la mort.
Soudain, les hommes comprennent qu’ils deviennent le « sexe faible ».
Mais jusqu’où iront les femmes pour imposer ce nouvel ordre ?

Une lecture douloureuse

Cette lecture a réveillé de nombreux sentiments : de la colère, de la tristesse et je l’avoue, par moment, de l’envie.

A travers le monde, les adolescentes se découvrent un pouvoir électrisants. Ce pouvoir leur permet de se défendre, et pour la plupart de reprendre le contrôle sur les hommes. Donc oui cette vengeance fait très envie, une manière de retourner le monde et d’imposer un nouvel ordre. Sauf que petit à petit, les rôles s’inversent réellement. Les pouvoirs totalitaires qui imposaient silence, humiliation et et contrôle permanent sur les femmes, deviennent leur miroir. Les hommes subissent ce que les femmes subissent aujourd’hui : les humiliations, les viols, les interdictions. Mais est-ce vraiment ce monde que l’on souhaite ? C’est la question que pose ce roman au final.
Et mon avis n’a pas arrêté de changer et faire des bonds tout au long de ma lecture. A cause de ce que vivent et subissent les personnages, qu’ils soient féminins ou masculins.

A travers peu de personnages point de vue, l’auteure parvient à montrer toutes les strates du pouvoir : la politique, la religion, la mafia, les médias, l’armée, etc. J’ai beaucoup aimé la construction du roman et les personnages. L’auteure nous interroge constamment sur le bien fondé de certaines actions ou pensées. Mais surtout à ne pas garder un esprit purement manichéen.

Je suis heureuse de finir l’année sur un coup de cœur, ce roman sort demain et je ne peux que vous conseiller de le lire.

Le Pouvoir, de Naomi Alderman
aux éditions Calmann-Lévy (le 3 janvier 2018)
Traduit par Christine Barbaste
genre : science-fiction
350 pages

6 COMMENTS