Home Livres Dans Outresable, Hugh Howey nous emmène dans les dunes

Dans Outresable, Hugh Howey nous emmène dans les dunes

0

Le sable avance inexorablement et s’insinue partout. Dans les bottes, dans les maisons, jusque dans les vies des personnages. Essayer d’y résister, c’est comme de tenter de vider le tonneau des danaïdes. Voilà en quelques mots le monde dans lequel vivent les personnages d’Outresable.

Dans ce livre, on suit les aventures d’une fratrie. Vic, Palmer, Conner et Rob sont les quatre enfants d’une famille qui ne s’est jamais remise de la disparition du patriarche. Parti vers l’Est il y a une dizaine d’années, Il n’est jamais revenu.

Le sable a tout envahi. L’eau, il faut la chercher avec un puit que le sable essaie constamment d’envahir. La nourriture est spartiate. Dans le sable pas grand chose ne pousse. Les seules richesses, ce sont les plongeurs qui les extraient du sol. Comme des archéologues, ils cherchent en profondeur ce qui peut être récupéré, troqué ou vendu.

Outresable : l’avancée implacable du désert

Encore une fois, Hugh Howey nous emmène explorer le monde inconnu qui est sous nos pieds. La Terre est nourricière non pas parce qu’on y fait pousser de quoi se sustenter mais parce qu’elle recèle les objets qui permettent la survie. Mais c’est aussi elle la menace car rien ne saurait l’arrêter. L’avancée du désert sera implacable.

A cela s’ajoute là aussi un monde post apocalyptique. A l’instar de Silo, on se demande ici ce qui a bien pu se passer pour que non seulement le monde tel que nous le connaissons ait disparu, mais pour que toutes les connaissances ou presque, aient été effacées également.

Aussi quand une carte de Danver, la cité légendaire est retrouvée, le lecteur commence à comprendre où l’on se trouve. Les hautes plaines du Colorado, où se trouvait Denver, sont devenues un immense désert. A l’Est, rien ne subsiste. Et à l’Ouest y’a-t-il quelque-chose de nouveau ?

Des questions qui taraudent tous les habitants. C’est évidemment cette inconnue qui à la fois donne de l’espoir aux gens de se satisfaire de leur piètre condition, se disant que c’est peut-être pire ailleurs, ou de partir à l’aventure. Mais évidemment les risques sont grands. Et comme dans tout monde post apocalyptique, seule la loi du plus fort règne !