Le Coeur battant de nos mères, de Brit Bennett

0

Après avoir vu beaucoup de chroniques, j’ai enfin lu Le Cœur battant de nos mères de Brit Bennett. J’ai mis du temps à commencer à le lire mais ça y est j’ai passé le cap des premiers chapitres et je ne suis déçue du tout.

Résumé :

« Tous les grands secrets ont un goût particulier. » Nadia a 17 ans et la vie devant elle. Mais quand elle perd sa mère et avorte en cachette, tout change. Elle choisit alors de quitter la communauté noire et religieuse qui l’a vue grandir. Boursière dans une grande université, Nadia fréquente l’élite. Elle a laissé derrière elle Luke, son ancien amant aux rêves brisés, et Aubrey, sa meilleure amie.
Durant une décennie marquée des affres de la vie, les trajectoires des trois jeunes gens vont se croiser puis diverger, tendues à l’extrême par le poids du secret. Dans la lignée d’Elena Ferrante et de Chimamanda Ngozi Adichie, Brit Bennett donne voix à des héros en quête d’accomplissement et nous offre un roman lumineux, inoubliable.

 » Elle avait l’impression que du matin au soir les gens se la repassaient de main en main, comme un témoin : son professeur de mathématique la transmettait à son professeur d’espagnol qui la transmettait à son professeur de chimie qui la transmettait à ses amis, avant qu’elle ne rentre chez ses parents. Et puis, un jour, la main de sa mère avait disparu et Nadia était tombé par terre, avec fracas. « 

Le personnage de Nadia m’a profondément touché. Ce qu’elle vit et ce qu’elle ressent. Les épreuves qu’elles va devoir traverser très jeune vont la rendre plus dure. Elle s’attache peu aux personnes et paraît ne plus éprouver d’émotions. Sa meilleure amie, Aubrey est son exacte opposée.

Le récit nous est raconté à travers plusieurs personnages : Nadia, Aubrey et Luke, l’amour de jeunesse de Nadia. Mais aussi à travers les yeux des femmes de la paroisse qui semblent ne pas voir (ou refuser de voir) ce qu’il se passe réellement dans leur propre ville. On suit ces personnages et leurs évolutions sur plusieurs années. C’est un récit que j’ai trouvé très authentique.

J’ai beaucoup aimé cette ambiance de communauté noire protestante. C’est un milieu que je ne connais pas du tout. Tout le monde semble épier les autres mais tous ont des secrets bien cachés (surtout la famille du pasteur finalement). J’ai trouvé que malgré cette situation périlleuse, l’auteure ne donne pas de leçons de morale à travers cette histoire.

C’était un roman particulièrement difficile à lire, j’ai beaucoup aimé Nadia et dans beaucoup de situations je me suis retrouvée à travers ses actions et ses sentiments.

Le Cœur battant de nos mères est le premier roman de Brit Bennett. J’espère qu’elle continuera à nous écrire des histoires authentiques et simple comme celles de Nadia, Luke et Aubrey.

Le Cœur battant de nos mères, de Brit Bennett
aux éditions Autrement (30 août 2017)
Titre VO : The Mothers traduit par Jean Esch
Genre : contemporain
339 pages