California dreamin’

28
2

California dreamin'

Résumé :

Ellen naît en 1941 dans une famille juive de Baltimore et, petite déjà, rêve de devenir chanteuse. Sa voix est incroyable, mais sa personnalité aussi excentrique qu’attachante cache une faille de taille : Ellen est boulimique. Et grosse. Trop grosse pour espérer un jour devenir une star. Pourtant quand, à 19 ans, elle devient Cass Elliot, c’est pour échapper à son avenir de vendeuse de pastrami et tenter sa chance à New York ! C’est là que, happée par la folk de l’époque, Cass tombe amoureuse de Denny, le chanteur des Journeymen…

J’ai aimé retrouver Pénélope Bagieu dans un style totalement différent de ce qu’elle a pu faire avant. Le trait n’est pas le même que dans ses précédentes BD, le dessin est plus brut et en noir et blanc, un simple crayonné qui sert très bien cette histoire. Dans cette “biographie” Pénélope Bagieu s’attache à une femme détonante, pleine d’humour et de talents. C’est le parcours d’Ellen Cohen alias Cass “Mama” Elliot avant qu’elle connaisse le succès dans le groupe de musique The Mamas and the Papas.

California dreamin’ ou le destin d’une femme de talent

Je ne connaissais pas l’histoire de Cass “Mama” Elliot, seulement sa musique et le groupe dans lequel elle était The Mamas and the Papas. Elle voit passer les changements de goûts musicaux du public de l’époque : du rock à la folk, au rock folk… Et elle va toujours réussir à se les approprier pour percer dans le monde de la musique.

J’ai beaucoup aimé le graphisme et le découpage de l’histoire. Chaque chapitre de la BD a un narrateur différent, un personnage de l’entourage de Cass Elliot qui suit son évolution. Cela permet de suivre plusieurs éléments de la vie du personnage de plus ou moindre importance mais qui vont marquer son parcours.

C’est une très belle histoire qui mélange les genres, les personnages, les musiques de fond. Après cette lecture, j’avoue que la fameuse chanson California dreamin’ reste en tête pendant un bon moment, je la fredonne d’ailleurs en écrivant cette chronique…

California Dreamin’ de Pénélope Bagieu aux éditions Gallimard (2015) – 280 pages