Flixtape du mercredi : The (really) Bad Remakes

16
0

3Flixtape #1 : The Thing (2011)

The Thing 2011

A part grâce à des effets spéciaux plus impressionnants, on se demande comment Matthijs van Heijningen comptait faire un meilleur film que John Carpenter en reprenant The Thing en 2011. Pas en réalisant mieux, puisqu’on parle quand même de John Carpenter ici. Et pas avec un meilleur casting, car ici personne n’arrive à la cheville de Kurt Russell ou du reste du casting de 1982.

En fait, même les effets spéciaux ne sont pas spécialement meilleurs. Dans The Thing de John Carpenter, les réalisations faites par Rob Bottin lorsque le virus ou la créature contamine le personnel de la base dans l’Antarctique sont une bonne partie ce qui a fait le succès du film.

Résultat, le film de 2011 atteint péniblement 6,2 sur IMDB tandis que l’original atteint 8,2. Bref, il n’y a pas photo. The Thing de 2011 est 30 ans après, bien inférieur à l’original. Définitivement c’est l’un des plus bad remakes à avoir été fait.

2Flixtape #2 : I’m Legend

I am Legend

Dans la série pourquoi ils ont fait ça, I’m Legend se pose ainsi comme un des champions du genre. Le film est évidemment inspiré du livre de Richard Matheson, il s’appuyait également sur le succès de The Omega Man, le film de 1971 avec Charlton Heston.

Aucun des deux ne respecte totalement l’œuvre originale, et c’est là que ça devient intéressant car en 1971, on a su produire un film bien plus intéressant. I’m Legend a voulu surfer sur la mode des films catastrophes entre zombie et vampire, sans vraiment choisir son camp.

En 1971 rien de tout ça. Ni vampires, ni zombies, mais un secte de fin des temps qui ajoute une profondeur au propos vraiment intéressant. Et en 1971 il y a Charlton Heston qui crève l’écran. Tout seul pendant près d’1h30 il tient la baraque grâce à son numéro d’acteur. A côté, Will Smith et bien… il fait du Will Smith. Bref, pas grand chose.

C’est ce qui fait d’I’m Legend de 2007 un film qui mérité sa place dans cette Flixtape des (really) bad remakes.

1Flixtape #3 : Superman returns

Superman Returns

Et pour fini en apothéose, si j’ose dire, concluons cette Flixtape des bad remakes avec Superman Returns. Sorti en 2006 et pourtant réalisé par Bryan Singer ce film est une catastrophe.

Dans le rôle de Superman Brandon Routh est inexistant. Le film manque de rythme et l’intrigue d’originalité. Bref, à côté, le Superman de 1978 de Richard Donner a l’air d’un chef d’œuvre.

Que dire de plus sinon qu’heureusement que Kevin Spacey est à l’écran et qu’il en fait des caisses. Sinon il n’y aurait aucune raison de tenir jusqu’au générique de fin. Décidement, un excellent choix pour cette Flixtape sur les bad remakes.