Citation du dimanche : Richard Nixon

0

A man is not finished when he is defeated. He is finished when he quits.

J’ai pensé à cette phrase cette semaine et je pense que la plupart des personnes qui me lisent sauront pourquoi. L’annonce surprise du Président de la République de ne pas se présenter pour un 2e mandat consécutif a surpris tous les Français. Mais j’ai par contre été assez surpris de voir tous les commentaires élogieux suite à cette décision, et je le dis franchement, je ne suis pas d’accord avec ceux-là. Et je pense que le meilleur résumé qu’on puisse en faire est en citant Richard Nixon.

Photo credit: tonynetone via Foter.com / CC BY
Photo credit: tonynetone via Foter.com / CC BY

Nixon est évidemment le 37e Président des Etats-Unis et il est dans l’histoire le seul président des Etats-Unis d’Amérique à avoir jamais démissionné de ces fonctions. Le scandale du Watergate lui a coûté sa place alors qu’en 1972 il avait triomphé comme jamais dans l’histoire de son pays lors des élections. Il avait été élu en arrivant en tête de 49 des 50 états des Etats-Unis. Seuls le Maine et le District de Columbia lui avaient échappé. Depuis, seul Ronald Reagan a réussi à en faire autant, c’était en 1984 pour la réelection de Ronald Reagan.

Richard Nixon n’abandonna pas, tant que ce n’était pas inéluctable

L’histoire a cependant rattrapé Nixon, et lui qui , n’avait jamais abandonné dans sa carrière politique a été contraint de démissionner des plus hautes fonctions. La faute au Watergate et au travail des journalistes qui n’ont pas laissé passé le scandale. Pour ceux qui le souhaitent, l’excellent film All President’s men qui relate cette histoire est évoqué dans une précédente Flixtape.

Battu en 1960 par JFK lors des élections avec 100 000 voix de retard, alors qu’il avait pourtant remporté 26 états contre 22 seulement au démocrate, Nixon aurait dû voir sa carrière se terminer ce jour là. Car aux USA, lorsqu’on perd l’élection présidentielle une fois, on n’y revient pas. Nixon poursuit sa carrière politique cependant. Poussé par le Parti Républicain à briguer le poste de gouverneur de Californie en 1962, il est de nouveau battu.

S’en suivent des années difficiles et finalement en 1968, Nixon gagne l’élection et devient le 37e Président des Etats-Unis. C’est à ce moment là qu’on imagine qu’il a prononcé cette fameuse phrase sur les hommes qui abandonnent. Mais non, celle-ci viendra des années après sa démission. Lorsque Ted Kennedy, le plus jeune de sa fratrie envisage de briguer la Maison Blanche en 1980 et se présente à la primaire. Mais ses adversaires ressortent une vieille histoire datant de 1969. Connu sous le nom d’accident de Chappaquiddick, au cours duquel sa jeune passagère, Mary Jo Kopechne mourut noyée. Il renonce alors à se présenter et c’est alors que Nixon fera son commentaire acerbe.

Après l’abandon, l’oubli ?

Nixon savait de quoi il parlait à ce moment là. Lui aussi avait démissionné 6 ans plus tôt. Lui aussi avait eu à affronter une adversité incommensurable pour gagner sa place à la Maison Blanche. Et après sa démission, il a continué à voyager dans le monde, invité par les grands chefs d’Etat, car sa voix a continué à compter. A partir des années 80, Nixon était même devenu l’ancien président le plus respecté dans son pays, le plus écouté. Après l’élection de Bill Clinton en 1992, Richard Nixon était reçu à la Maison Blanche alors même qu’Hillary Clinton faisait partie du staff qui avait travaillé sur la procédure d’impeachment de Richard Nixon. Bref, « un homme n’est pas fini après une défaite, il est fini quand il abandonne« .

Et pour finir, deux citations intéressantes, une de Conrad Hilton, le fondateur des hôtels Hilton :

Success seems to be connected with action. Successful people keep moving. They make mistakes, but they don’t quit.

Et une autre de Winston Churchill :

Never give in ! Never, never, never. In anything great or small, large or petty. Never give in except to convictions of honor and good sense.

 

Previous articleMeurtres en majuscules de Sophie Hannah
Next articleL’Assassin royal tome 1, de Robin Hobb