Vous parler de ça, de Laurie Halse Anderson

19
2

image

Résumé :

Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s’étranglent avant d’atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l’étau d’un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les élèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l’expérience intime de la plus grande des injustices : devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c’est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée.

Il va m’être difficile de parler clairement de ce que j’ai pu ressentir en lisant ce roman. Ces pages sont chargées d’émotions.

On suit les journées de cours standards d’une lycéenne, une année de lycée avec Melinda Sordino. Mais ce n’est à aucun moment ennuyant. C’est un roman très doux, très fluide, malgré le sujet.
C’est un personnage que l’on aime tout de suite. ses remarques sont pleines d’humour, de sarcasmes et de justesse. Une adolescente très touchante qu’on ne peut qu’apprécier.

” C’est bête qu’on ne puisse pas tout simplement reconnaître que notre vie de famille est un échec : on vendrait la maison, on se partagerait l’argent et on vivrait chacun de son côté.”

“J’ai l’impression qu’un type en costume à paillettes va faire irruption dans la chambre d’un instant à l’autre en vociférant dans son micro : “Et encore un moment intense saisi par nos caméra ! Ah, les ados… ” ”

Les réactions et pensées de Melinda sont très bien retranscrites par l’auteur. Cette impression de ne pas être comprise, de ne pas pouvoir parler. L’auteur a su montrer ce qu’est l’adolescence et la brutalité qui en découle parfois, être adolescente quand un mal nous ronge.
Melinda est une victime qui se sent coupable. C’est cette culpabilité pesante qui transparaît à travers les pages. Elle choisit le silence, un silence qui n’est compris par personne, surtout quand il provient d’une adolescente.
On sait assez vite d’où vient le mal-être de Melinda. Mais ce qui importe ensuite, c’est l’évolution de ce personnage si touchant. Ses rapports aux autres, avec les autres lycéens, les professeurs, et avec ses parents. Comment elle va se reconstruire et grandir.

“Je sais que j’ai l’esprit en vrac. Je veux partir, déménager, me téléporter dans une autre galaxie. Je veux tout raconter, rejeter la culpabilité, la faute et la colère sur quelqu’un d’autre. Il y a un bête dans mon ventre, je l’entends gratter sous mes côtes. En admettant que je réussisse à me débarrasser de ce souvenir, cette bête restera avec moi et continuera à me souiller.”

J’ai rarement ce sentiment à la fin d’un roman… D’en vouloir plus. J’ai tellement apprécié l’héroïne. Comme si lire ce livre allait me manquer !
Du coup je n’ai pas pu m’empêcher d’acheter les deux autres livres édités dans cette collection !

Vous parler de ça, de Laurie Halse Anderson
Aux éditions Anne Carrière / La belle colère (2014)
Titre VO : Speak (1999)
Traduit par Marie Chabin
298 pages

2 Commentaires