La mort a ses raisons de Sophie Hannah

27
0

Lorsque j’ai découvert par hasard à la FNAC il y a quelques semaines qu’une nouvelle aventure d’Hercule Poirot auteur paraissait, ma première réaction a été : “Non, ils ont osé“. Ma deuxième réaction a été : “Il faut que je le lise“. Quelques minutes plus tard, je passais donc à la caisse avec La mort a ses raisons de Sophie Hannah sous le bras.

La mort a ses raisons.
La couverture de la nouvelle aventure d’Hercule Poirot.

Forcément pas facile pour un auteur de reprendre un personnage aussi emblématique qu’Hercule Poirot. Poirot est si célèbre qu’il s’agit du seul personnage fictif à avoir eu sa nécrologie de publiée par le New York Times, le plus grand quotidien des Etats-Unis. La tâche était donc immense même si Sophie Hannah était déjà une auteur connue et reconnue. La mort a ses raisons est d’ailleurs la deuxième aventure d’Hercule Poirot qu’elle écrit puisqu’en 2014 est déjà paru Meurtres en majuscules qui m’avait complètement échappé.

La mort a ses raisons, un Poirot pur jus

Bref, après avoir fini rapidement le livre en cours, je me suis attaqué à cette nouvelle aventure de Poirot. J’avais bien un peu d’appréhension je dois bien l’avouer. Rapidement cependant, on se retrouve dans le bain. Après un premier chapitre mettant en place l’intrigue où Lady Athelinda Playford fait venir son avocat pour modifier les clauses de son testament.

Hercule Poirot entre en scène dès le deuxième chapitre, lorsqu’il est invité par la susdite lady pour participer à un charmant repas de famille où elle annonce les nouvelles clauses de ce testament. Il devient vite évident pour Poirot que s’il a été invité à cette occasion c’est que Lady Playford craint pour sa vie et qu’elle imagine que la présence de ce détective internationalement renommé permettra d’éviter qu’on attente à sa vie.

Mais La mort a ses raisons que la raison ignore évidemment. Tout du moins à ce moment là du roman. Le crime est donc néanmoins commis et il en va de la dignité d’Hercule Poirot que le criminel n’échappe pas à la justice. L’enquête démarre donc comme d’habitude sans vraiment démarrer. Poirot comme toujours se contente de parler avec les différents protagonistes et de faire marcher ses petites cellules grises.

Une aventure respectueuse de l’oeuvre d’Agatha Christie

On est alors pleinement dans une aventure classique d’Hercule Poirot et on en vient même à oublier que ce n’est pas Dame Agathe Christie herself qui a écrit ce roman. Sophie Hannah a respecté avec beaucoup de soins les codes mis au point par la créatrice de Poirot. Tout d’abord l’aventure est racontée par une tierce personne. Il s’agit en l’occurrence l’inspecteur Catchpool de Scotland Yard qui assiste Poirot dans cette enquête.

Ensuite Poirot est fidèle à lui même. Il a toujours ses mêmes manies insupportables et ridicules avec ses chaussures trop petites et sa moustache qui fait sa fierté. Poirot est toujours aussi prétentieux et confiant en ses capacités de détective jusqu’à l’arrogance. Enfin Poirot ne veut qu’une chose, que justice soit faite.

Sophie Hannah a également concocté une intrigue parfaitement ficelée. Située dans un lieu clos, avec des témoignages contradictoires et quelques mensonges et omissions, elle donne fort à faire à Poirot. Le tout se déroule avec patience jusqu’au dénouement final.

Comme c’est la tradition, Poirot confond le criminel en réunissant tous les protagonistes de l’affaire auxquels il expose sont raisonnement. Il n’a pas de preuve bien sûr, mais si La mort a ses raisons, la raison ne saurait mentir.