D’après une histoire vraie, de Delphine de Vigan

2

d'après une histoire vraie

Résumé :

« Ce livre est le récit de ma rencontre avec L. L. est le cauchemar de tout écrivain. Ou plutôt le genre de personne qu’un écrivain ne devrait jamais croiser. »
Dans ce roman aux allures de thriller psychologique, Delphine de Vigan s’aventure en équilibriste sur la ligne de crête qui sépare le réel de la fiction. Ce livre est aussi une plongée au cœur d’une époque fascinée par le Vrai.

Ce roman à reçu le Prix Renaudotet le Prix Goncourt des lycéens. J’ai beaucoup aimé ce roman, le premier de l’auteure que je lis. Delphine de Vigan nous donne de nombreuses références à ses précédents ouvrages mais ce n’est pas dérangeant quand on ne les a pas lu.

J’ai beaucoup aimé les réflexions menées dans ce roman autour de l’écriture, de ce qui construit un écrivain. « Qu’allez-vous faire après ça ? » La question que tout le monde pose à Delphine après la sortie de son dernier roman Rien ne s »opposé à la nuit, un livre vrai, proche du réel. Comment reprendre l’écriture après un best-seller. En écrivant une histoire si personnelle, c’est comme si chaque lecteur prenait un peu possession d’elle, de ce qui la définit. Ce roman s’attache justement à déconstruire le vrai et le faux, le réel et la fiction.

C’est également l’histoire d’une manipulation, d’une emprise et d’un repli sur soi. Cela se forme petit à petit, on le voit venir comme le personnage de Delphine mais on s’y laisse prendre. C’est une écriture qui m’a beaucoup plu, une très belle mise en abyme finalement et c’est ce qui fait la force de ce récit. C’est l’auteure au final qui nous manipule. J’y repense encore après la fin de cette lecture et j’aimerai le relire avec un nouveau point de vue pour ne plus me faire avoir !

Un roman qui ne laisse pas indifférent. Il m’a fallu du temps pour écrire cette chronique qui est finalement très courte, il est dur d’en parler sans en dévoiler les éléments essentiels.

D’Après une histoire vraie, de Delphine de Vigan aux éditions JC Lattès (2015) – 477 pages

Previous articleLes Ferrailleurs tome 1 : Le Château, d’Edward Carey
Next articleTakeru tome 1, de Buichi Terasawa
Bibliothécaire, je lis bien sûr parce que c'est ma profession, mais je lis avant tout parce que c'est ma passion.

2 COMMENTS