La Carrière du mal, de Robert Galbraith

1

La Carrière du mal est le troisième volet des enquêtes de Cormoran Strike.

Résumé :

Lorsque Robin Ellacott reçoit ce jour-là un mystérieux colis, elle est loin de se douter de la vision d’horreur qui l’attend : la jambe tranchée d’une femme.
Son patron, le détective privé Cormoran Strike, est moins surpris qu’elle, mais tout aussi inquiet. Qui est l’expéditeur de ce paquet macabre ? Quatre noms viennent aussitôt à l’esprit de Strike, surgis de son propre passé. Quatre individus capables les uns comme les autres, il le sait, des plus violentes atrocités.
Les enquêteurs de la police en charge du dossier ne tardent pas à choisir leur suspect idéal – mais Strike, persuadé qu’ils font fausse route, décide de prendre lui-même les choses en main. Avec l’aide de Robin, il plonge dans le monde pervers et ténébreux des trois autres coupables potentiels. Mais le temps leur est compté, car de nouveaux crimes font bientôt surface, toujours plus terrifiants…

Une enquête plus personnelle

Dans cette nouvelle enquête menée par Cormoran Strike, ce n’est pas une demande d’un client qui mène le personnage bourru sur les pistes d’un tueur. Mais bien une obligation personnelle. Robin et Cormoran sont la cible d’un tueur dans ce volume. Ils reçoivent un colis au bureau contenant la jambe d’une femme. Une attaque direct au détective puisque c’est la même jambe que celle qu’il a perdu quand il était dans l’armée et coupée au même endroit. Il y a aussi des paroles de chansons écrites sur la jambe qui rappelle un dur souvenir au personnage.

J’ai trouvé que l’on était beaucoup plus dans les réflexions personnelles des personnages de Robin et Cormoran. Ce qu’ils ressentent sur cette enquête mais aussi ce qu’ils pensent l’un de l’autre. L’auteure développe beaucoup plus la psychologie des personnages et nous donne de nombreux éléments sur leur passé.

Ce troisième tome marque un vrai tournant dans la série et montre que l’auteure sait se renouveler en ne ménageant pas ses personnages.

J’aime toujours autant le style de l’auteur, surtout les interrogatoires menés par Cormoran Strike. C’est un vrai plaisir de les lire. On visite Londres avec lui, les rues, les métros, les taxis. C’est tout une ambiance que j’aime retrouver.
Il y a aussi une petite nouveauté dans ce tome, il y a quelques chapitres écrit sous le point de vue du tueur. Cela apporte un vrai plus à l’intrigue et ce n’est pas pour autant que l’on devine son identité plus rapidement.

Vu la tournure des événements dans le final de ce troisième tome, je suis intriguée de savoir comment l’auteure va faire évoluer cette situation dans le prochain opus.

La Carrière du mal, de Robert Galbraith (aka J. K. Rowling)
aux éditions Grasset (sorti le 30 mars 2016)
Titre VO : Career of Evil traduit par Florianne Vidal
Genre : policier
608 pages