Lucy in the sky, de Pete Fromm

0

Résumé :

Lucy Diamond, quatorze ans, file à toute allure vers l’âge adulte. Prise entre l’urgence de vivre et la crainte de devoir abandonner ses manières de garçon manqué, Lucy se cherche et joue avec l’amour. Elle découvre par la même occasion que le mariage de ses parents n’est pas aussi solide qu’enfant, elle l’a cru. Son père, bûcheron, est toujours absent. Sa mère, encore jeune, rêve d’une autre vie. Et Lucy entre eux semble soudain un ciment bien fragile. Armée d’une solide dose de culot, elle s’apprête à sortir pour toujours de l’enfance et à décider qui elle est. Quitte à remettre en question l’équilibre de sa vie et à en faire voir de toutes les couleurs à ceux qui l’aiment.

Lucy Diamond a 14 ans au début du roman. Elle vit à Great Falls, dans le Montana. Elle est souvent seule avec sa mère. Son père étant bucheron, il est souvent absent pour travailler au Canada. sa vie semble rythmée par ça. L’absence de son père et l’attente de son retour, puis le retour de celui-ci et la peur de son départ.

C’est donc l’histoire de Lucy Diamond que l’on suit de ses 14 à ses 16 ans. Elle se débat avec son adolescence. Son père l’a élevé comme un garçon, lui rasant la tête à chaque repousse. L’adolescence lui apporte la féminité, une féminité dont elle ne veut pas. Elle se rase elle-même la tête ensuite, comme pour redevenir un garçon, rester une enfant. Finalement pour être moins seule elle jouera de son nouveau pouvoir de séduction mais elle n’en ressortira que plus seule.

Lucy est extrêmement touchante, on est pleinement dans cette histoire avec elle. Elle lutte constamment avec sa mère, les absences répétées de son père, sa sexualité et les garçons qui la désirent. Elle ne veut surtout pas répéter le même schéma que sa mère mais elle ne peut s’empêcher de faire les mêmes erreurs.

On pense voir une famille idyllique au début du roman, mais cette image s’étiole au fil des pages. Elle se craquelle également dans l’esprit de Lucy qui comprend de plus en plus de choses sur ses parents et leur vie de couple.

L’idée d’absence et d’attente est omniprésente dans le roman. Comme si Lucie avait passé sa vie à attendre et à subir l’absence de son père, de sa mère, de son meilleur ami. Elle donne l’impression de subir tout au long du roman, tout lui échappe, elle ne choisit pas. Je n’ai pas pu m’empêcher d’être triste à la fin du roman, mais c’est enfin un moment où elle choisit, où elle a enfin de l’emprise sur sa propre vie.

Les mensonge est très présent aussi dans sa vie. Ses parents lui mentent et se mentent également. Lucy finit par mentir à tout le monde et à elle-même. A tel point qu’on ne sait jamais la vérité, surtout concernant son père. Mais finalement, ce n’est pas ce qui importe réellement.

C’est étonnant de voir à quel point un homme tel que Pete Fromm, la cinquantaine ait pu décrire les années d’adolescence et la sexualité naissante de Lucy.

C’est un beau roman initiatique que j’ai pris plaisir à lire, je ne pouvais pas le lâcher et j’aurais aimer suivre encore Lucy à la fin du roman, avec ses répliques pleines de cynisme et d’humour. Un personnage que j’ai beaucoup aimé.

Lucy in the sky, de Pete Fromm aux éditions Gallmeister (2015) Titre VO : As cool as I am traduit par Laurent Bury – 386 pages

Previous articleLes Etoiles de Noss Head t.1, de Sophie Jomain
Next articleLes tourments de Double-Face de Paul Jenkins
Bibliothécaire, je lis bien sûr parce que c'est ma profession, mais je lis avant tout parce que c'est ma passion.