The Imitation Game

0
The Imitation Game
The Imitation Game © Black Bear Pictures

Synopsis : The Imitation Game suit le destin d’Alan Turing (Benedict Cumberbatch) pendant la seconde guerre mondiale. Ce génie des mathématiques a, sous une intense pression, résolu l’énigme posé aux alliés par le procédé Enigma qui chiffrait tous les messages nazis, ce qui a permis de raccourcir de manière significative la durée de la guerre et de sauver des millions de vie.

Si The Imitation Game permet de mettre en lumière un épisode essentiel de la seconde guerre mondiale, il ne s’agit pas pour autant de l’habituel film de guerre ou d’espionnage que l’on a l’habitude de voir de cette période de l’histoire. Au contraire, le film se concentre sur le destin du personnage principal, Alan Turing, génie des mathématiques à l’esprit torturé et aux penchants homosexuels.

Le film commence dans les années 50, bien longtemps après la fin de la guerre, où Alan Turing, professeur à Cambridge reçoit la visite de la police, alertée par ses voisins pour un cambriolage. En tout bon génie absolument insupportable avec ses contemporains (cf Sheldon Cooper dans The Big Bang Theory), Turing envoie balader les policiers. Le signe de quelqu’un qui a quelque-chose à ses reprocher pour eux. Ils mènent donc l’enquête et vont dévoiler l’homosexualité de Turing. Mais lors de l’interrogatoire, celui-ci raconte son histoire.

Comme l’un des meilleurs mathématiciens du pays, il est recruté pour résoudre l’équation Enigma. Lors de l’entretien avec le Commander Denniston, joué par Charles Dance (Lord Tywin Lannister dans Game of Thrones), le ton est déjà donné sur le caractère introverti et arrogant d’Alan Turing. Alors que Denniston lui rappelle qu’Enigma est insoluble, Turing lui répond : « Good. Let me try and we’ll know for sure, won’t we ?« . A partir de cet épisode, l’animosité entre les deux hommes ne fera que grandir.

Turing se retrouve dans une équipe composée de plusieurs hommes, dont notamment Hugh Alexander joué par Matthew Goode (The Good Wife) et John Cairncross joué par Allen Leech (Downton Abbey). Ils sont rapidement rejoints par Joan Clarke jouée par Keira Knightley (Pirates of the Carribeans, Pride and Prejudice) qui va aider Turing à travailler en équipe afin de concevoir la machine à laquelle il est pour l’instant le seul à croire pour casser Enigma.

Les embûches sont nombreuses, mais elles viennent toutes de l’intérieure. Afin que la guerre ne passe pas au second plan, Morten Tyldum, le réalisateur, a inséré de nombreuses images d’archives de la seconde guerre mondiale et quelques scènes pendant le blitz ont également été tournées afin de rappeler à quel point le Royaume-Uni a dû endurer des souffrances pendant cette période.

Convaincre ses collègues de lui faire confiance, faire face au Commander Denniston pour aller au bout de son projet, continuer à cacher son homosexualité, et jouer le double jeu du MI6 afin de rester aux commandes du projet sont ainsi les difficultés auxquelles doit faire face Turing. Et il faut bien dire que Cumberbatch livre, encore une fois, une performance exceptionnelle jonglant entre le caractère inhumain de ce génie qu’est Turing, « You really are a monster », lui dit ainsi Joan, et cette humanité qui fait sans doute de lui un être des plus vulnérables.

Cette faiblesse est également mise en avant par des flashbacks lors des études de Turing au cours de laquelle il vit ses premiers émois amoureux au contact de Christopher Morcom, son camarade mort de tuberculose. Une perte que Turing ne compense que par son travail, renommant même sa machine Christopher.

Le film rappelle aussi qu’à l’époque, l’homosexualité était un crime, condamné par la justice. Une rigidité qui a sans doute fait perdre au Royaume-Uni l’un de ses plus grands génie lorsque Turing est mort âgé de 41 ans, probablement par suicide, quelques mois après avoir été condamné pour ses moeurs.

Un excellent film à ne pas manquer, à la fois pour son aspect historique, mais surtout pour la performance de son acteur principal et du reste du casting, très bien choisi et compensant un montage manquant parfois un peu de rythme.

Titre original : The Imitation Game (114 min)

Studio : Black Bear Pictures, FilmNation Entertainment, Bristo Automotive.

Réalisateur : Morten Tyldum

Nationalité : England

Année de production : 2014

Genre : Biography, drama, war, thriller

Acteurs : Benedict Cumberbatch, Keira Knightley, Matthe Goode.

Previous articleL’Extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikea, de Romain Puértolas
Next articleBilbo le hobbit, de J.R.R. Tolkien