THX 1138, le chef d’œuvre de George Lucas ?

0

Il y avait près d’une dizaine d’années que je n’avais pas vu THX 1138 et je dois dire que ce film fait toujours une impression. Ce film sorti en 1971 est le premier long métrage de George Lucas et on y voit beaucoup de choses intéressantes.

THX 1138 s’inscrit dans la veine des films de science-fiction d’anticipation des années 70. Nous sommes au XXVe siècle et la société telle que nous la connaissons a disparu. La société contrôle de manière très rigide chaque individu. Tout ce qui compte c’est qu’ils produisent.

That accident over in Red Sector L destroyed another 63 personnel, giving them a total of 242 lost to our 195. Keep up the good work and prevent accidents. This shift is concluded.

La citation ci-dessus totalement surréaliste donne le ton du film. Les hommes ne sont que des machines destinées à produire. D’ailleurs, les individus même sont niés par la société puisque il n’y a plus de noms, juste des lettres et un numéro.

Dans THX 1138, une surveillance vidéo jusque dans les logements

Le contrôle de la société sur les hommes et les femmes est assuré de manière médicamenteuse. Chacun doit prendre ses petites pilules à chaque repas. Et chaque fois qu’on ouvre son armoire à pharmacie, on est contrôlé par une caméra et un contrôleur qui vérifie ce qu’il se passe.

If you feel you are not properly sedated, call 348-844 immediately. Failure to do so may result in prosecution for criminal drug evasion.

Pour maintenir un semblant de vie « normale », les hommes et les femmes vivent en couple, dans un logement commun. Ainsi, THX 1138 qui est joué par Robert Duvall, vit avec une femme LUH 3417. Mais là encore, à part cohabiter, ce n’est pas une véritable vie de couple.

D’ailleurs on peut soupçonner le traitement médicamenteux d’avoir des vertus annihilantes pour le désir. Au début du film on voit ainsi une scène qui suggère que THX 1138 se fait masturber par une machine en regardant une danseuse noire en vidéo tandis que LUH 3417 est dans la pièce à côté.

Mais évidemment comme dans tout film d’anticipation, l’individu va essayer de reprendre pied face à cette société rigide. Tout va venir de LUH 3417 qui remplace les médicaments par d’autres sans effets. D’abord le désir arrive. THX 1138 et LUH 3417 vont faire l’amour comme ils ne l’avaient jamais fait auparavant.

THX 1138 n’a qu’une solution, fuir !

Si LUH 3417 élabore déjà un plan pour s’enfuir, son compagnon lui est encore trop imprégné du traitement pour s’en libérer. Il essaie de se réfugier dans le travail d’abord. Il se tourne vers la pseudo-foi dans une unichapel pour parler à Omm. Mais tout ce qu’il obtient c’est le même message préenregistré qu’il a entendu toute sa vie.

You are a true believer. Blessings of the state. Blessings of the masses…

Après quelques péripéties, notamment avec SEN 5241 joué par un Donald Pleasence au meilleur de sa forme, THX 1138 est finalement arrêté. Il fait face à un tribunal et est condamné évidemment. Mais il échappe à la peine de mort.

S’il veut vivre libre, il n’existe qu’une seule solution pour THX 1138, la fuite. Mais il n’est pas dit que l’issue soit la liberté…

THX 1138 peut paraître comme le film le plus ambitieux de George Lucas car son message moral et politique n’y ait pas caché par des effets spéciaux dans tous les sens ou des relations complexes entre les nombreux personnages. Non, THX 1138 c’est simple, c’est le combat d’un homme pour être libre face à une société qui a asservi l’homme.

Lucas renvoie d’ailleurs dos à dos capitalisme et communisme dans ce film. L’homme ne doit pas être vit comme de la main d’oeuvre, mais l’individu ne doit pas non plus s’effacer au nom du bien commun.

Surtout, la menace dans les deux cas c’est l’Etat qui envahit tout, qui veut régir la vie des gens jusque dans le moindre détail. La Liberté ne peut pas exister face à un Etat omnipotent.

REVIEW OVERVIEW
Personnages
Histoire
Mise en scène
Previous articleCall me by Your Name, bande annonce VOST
Next articleSaison 1 de The IT Crowd, des geeks old school