La Tresse, de Laetitia Colombani

0
SHARE

La Tresse, de Laetitia Colombani : le roman que l’on voit partout en ce moment. Quand j’ai vu qu’il était disponible à la demande sur le site de Netgalley, je n’ai pas hésité du tout. Je remercie donc beaucoup le site et les éditions Grasset pour la lecture de ce roman.

Tout d’abord, ce roman est une ode à la féminité, la liberté, l’égalité… Avant de conter les épisodes les plus importants de la vie de trois femmes : Smita, Giulia et Sarah. Elle m’ont toutes les trois beaucoup émus et touchés.

Résumé :

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Trois destins tressés par Laetitia Colombani

J’ai su que j’allais adorer ce roman dès les premières pages. Le lecteur suit les trois héroïnes par chapitres interposés. Rien ne semble les lier au départ car elles sont séparées par des milliers de kilomètres étant chacune sur un continent différent. Leur point commun est qu’elles se retrouvent à un moment charnière de leur vie, même si il y a plus bien sûr. Elles vont enfin pouvoir prendre une décision qui changera leur vie.

Smita vit en Inde, elle est une Intouchables. La caste la plus pauvre du pays. Elle vit avec son mari et sa fille et refuse que cette dernière mène la même vie qu’elle malgré sa condition. Elle va finalement tout faire pour que sa fille ait plus de chance qu’elle. C’est le personnage pour lequel j’ai eu le plus peur pendant ma lecture. Elle va tout tenter pour que sa fille ait une vie plus enviable que la sienne.

Giulia est une sicilienne qui travaille dans l’usine familiale avec son père. Ils fabriquent des perruques de manière artisanale avec des cheveux humains. De nombreux doutes et remises en questions vont naître quand son père se retrouve dans le coma suite à un accident. Même si j’ai beaucoup aimé suivre Giulia, c’est le personnage que j’ai trouvé le moins vibrant du récit. C’est un personnage charnière finalement.

Enfin, vient Sarah une canadienne avocate. Une femme forte qui a sacrifié beaucoup pour mener sa carrière et arriver au plus haut sommet. Difficile pour une femme dans un milieu essentiellement masculin. Mais cette ambition est coupée en plein vol par la découverte d’une tumeur. Sarah est celle qui m’a le plus touché, qui m’a fait pleurer par ses désillusions. Sarah est le point final de ce récit.

Un récit profondément réaliste

Un roman très court mais tellement chargé en émotions et en remise en question. L’auteur a su avec peu de mots, peu de pages faire passer de nombreux sujets et travers de notre société. Et fait passer le lecteur par une myriade d’émotions.

Un roman coup de poing. Je comprends l’engouement qu’il a pu susciter chez ses premiers lecteurs. J’espère que l’on reverra Laetitia Colombani très vite dans les prochaines sorties littéraires.

La Tresse, de Laetitia Colombani
aux éditions Grasset (10 mai 2017)
genre : contemporain
224 pages

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here