La Ferme du bout du monde, de Sarah Vaughan

0

La Ferme du bout du monde fait parti d’un genre que je lis très peu d’habitude. C’est pour cette raison que je l’ai sollicité auprès des éditions Préludes quand je l’ai vu sur Netgalley. Ce roman de Sarah Vaughan était disponible en accès libre pendant quelques jours. Encore une preuve que j’élargie le cercle de mes lectures grâce à Netgalley.

Ce roman renferme une histoire de famille, un secret caché depuis 70 ans mais surtout de magnifiques descriptions de la Cornouailles.

Résumé :

Cornouailles, une ferme isolée au sommet d’une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille… et ses secrets.1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu’à cet été 1943 qui bouleverse leur destin. Été 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l’a préparée à ce qu’elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ? 

Un secret sur deux époques distinctes

La Ferme du bout du monde est Skylark farm en Cornouailles sur l’extrême pointe de l’Angleterre. Plusieurs générations de la famille de fermiers ont travaillé dans la ferme jusqu’à aujourd’hui, dans le roman en 2014. L’auteure nous fait suivre deux temporalités : de 1939 à 1944 et l’été 2014.

Maggie est présente dans les temporalités. Fille du fermier en 1943, la famille a accueilli depuis le début de la guerre Will et Alice. Frère et sœur réfugiés de Londres qui aident dans les tâches quotidiennes de la ferme. Un événement pendant cet été de 1943 scellera l’avenir de ces trois personnages.
Puis en 2014, c’est Lucy, la petite-fille de Maggie, dont nous suivons le quotidien. Emplie de doute sur son avenir professionnelle et sur son couple, elle décide de quitter Londres pour l’été et retourner aux sources en retrouvant sa grand-mère, sa mère et son frère à la ferme familiale.

Une visite guidée en Cornouailles

Donc oui c’est un roman que j’ai lu avec plaisir, une bonne lecture d’été. Mais les retournements restent attendus, j’y ai trouvé peu de surprise et quelques longueurs. Les personnages restent malheureusement passifs de leur destinée et de ce que les autres leur imposent. Mais quel plaisir de lire les descriptions de l’auteure de la Cornouailles. C’est le personnage principal de ce récit, la ferme et la Cornouailles.

L’auteure ne se contente pas de planter son intrigue dans un décor au hasard. Elle nous plonge réellement dans la Cornouailles, que ce soit celle de la seconde guerre mondiale ou celle d’aujourd’hui. Elle précise d’ailleurs à la fin de son roman les lieux qu’elle a inventé pour l’écriture de son roman. On retrouve donc beaucoup de précisions et on se voit presque arpenter les falaises escarpées de Cornouailles avec les personnages.
Beaucoup de soin est apporté également dans la description du quotidien des fermiers.

Donc vous l’aurez compris c’est essentiellement le background qui m’a séduit dans ce roman, l’intrigue en elle-même étant un peu convenue.

La Ferme du bout du monde, de Sarah Vaughan
aux éditions Préludes (5 avril 2017)
Titre VO : The Farm at the edge of the world traduit par Alice Delarbre
genre : contemporain, drame
439 pages

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here