La Princesse des glaces, de Camilla Läckberg

0

La Princesse des glaces est la première enquête d’Erica Falk et Patrick Hedström écrite par Camilla Läckberg. Elle est sortie en 2003 en Suède. Et presque 10 ans que cette première enquête a été publiée en France. C’est une série qui en est déjà aujourd’hui à 9 tomes et connait un fort succès. J’ai donc du retard à rattraper.

Résumé :

Erica Falck, trente-cinq ans, auteur de biographies installée dans une petite ville paisible de la côte ouest suédoise, découvre le cadavre aux poignets tailladés d’une amie d’enfance, Alexandra Wijkner, nue dans une baignoire d’eau gelée. Impliquée malgré elle dans l’enquête (à moins qu’une certaine tendance naturelle à fouiller la vie des autres ne soit ici à l’œuvre), Erica se convainc très vite qu’il ne s’agit pas d’un suicide. Sur ce point – et sur beaucoup d’autres -, l’inspecteur Patrik Hedström, amoureux transi, la rejoint.
A la conquête de la vérité, Erica, plonge clans les strates d’une petite société provinciale qu’elle croyait bien connaître. Et découvre ses secrets.

 Deux personnages auxquels je me suis tout de suite attachée

Les deux personnages principaux : Erica Falk, une écrivaine de biographies d’auteures suédoises (très précis !). Et Patrick Hedström, un policier. Deux protagonistes que j’ai tout de suite aimé.

Je n’apprécie pas toujours quand la vie privée des personnages « enquêteurs » est trop présente dans un policier. Souvent au détriment de l’intrigue principale. Mais dans ce récit de Camilla Läckberk, j’ai adoré suivre Erica et Patrick dans leurs préoccupations quotidiennes autant que dans leurs différentes recherches sur le meurtre d’Alexandra, l’amie d’enfance d’Erica.

Un décor significatif

Le récit a lieu dans un petit village côtier suédois. Et ce lieu a une grande importance dans les différentes intrigues. L’auteure en fait presque une étude sociologique à travers sa galerie de personnages. Le meurtre fait ressortir beacoup de comportements de repli ou de protection. Comme si tout le monde connaissait la vérité mais que personne ne voulait être le premier à parler.

Le style de l’auteure reste certes très simple mais nous empêche malgré tout de faire une pause dans notre lecture. C’est un récit addictif, des révélations importantes sont données petit à petit sans pour autant nous donner trop d’indices.

L’intrigue policière à proprement parlé ainsi que sa résolution ne sont pas forcément des plus originales. Mais j’ai adoré lire ce roman grâce à l’ambiance et aux personnages. Je souhaite donc vivement retrouver Erica pour la suite dans Le Prédicateur.

La Princesse des glaces, de Camilla Läckberg
aux éditions Actes sud (coll. Actes noirs)
Traduit par Lena Grumbach et Marc de Gouvenain
Titre VO : Isprinsessan (2003)
genre : policier
381 pages