Citation du dimanche : Et je danse aussi

47
0

Le roman Et je danse aussi est un roman épistolaire sorti en 2015. J’ai attendu 2016 pour le lire et il a été un gros coup de cœur de l’année.

Ceux qui utilisent les points de suspension me rappellent ces types qui font mine de vouloir se battre, qui vous forcent à les retenir par la manche et qui vocifèrent : retenez-moi ou je lui pète la gueule à ce connard ! En réalité, ils seraient bien embêtés qu’on les laisse aller au combat.

De même, ces obsédés des points de suspension semblent vous dire : ah, si on me laissait faire, vous verriez cette superbe description que je vous brosserais là, et ce dialogue percutant, et cette analyse brillante. J’ai tout ça au bout des doigts, mais bon je me retiens. pour cette fois ! On a envie de leur suggérer à l’oreille : laissez-vous donc tenter, mon vieux, ne muselez plus ainsi ce génie qu’on devine en vous et qui ne demande qu’à nous exploser à la gueule. Lâchez-vous et le monde de la littérature en sera sous le choc, je vous le garantis.

Et je danse aussi : un roman épistolaire à quatre mains

Deux auteurs sont à l’origine de ce petit bijoux littéraire : Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat. Chacun incarnant un personnage de cette échange de mails, Adeline et Pierre-Marie. J’ai adoré lire (et relire) les réflexions des deux personnages sur l’écriture, sur l’amour, sur eux-mêmes. On retrouve beaucoup d’ironie et de sarcasmes. Aussi j’ai choisi cette citation particulière qui reflète bien cet aspect dans le roman (même si elle est un peu longue).

Ce roman est drôle et émouvant. On s’attache très rapidement aux personnages et on ne veut plus les quitter une fois arrivée aux dernières pages. C’est pour cette raison que j’ai aimé le relire.

Sous une apparente légèreté de propos, les deux auteurs abordent des drames comme la perte d’un enfant ou la disparition d’un conjoint. La correspondance que vont mener Adeline et Pierre-Marie va réveiller des souvenirs communs.

Donc encore un coup de coeur 2016 pour cette citation du dimanche. Et je danse aussi a été le roman pour lequel il a été le plus difficile de choisir une citation tellement je m’en suis notée au long de mes lectures.