Home Films Bohemian Rhapsody ou la vie extraordinaire de Freddie Mercury

Bohemian Rhapsody ou la vie extraordinaire de Freddie Mercury

5

J’ai vu ce week-end Bohemian Rhapsody au BFI Imax de Londres. Ce cinéma a le plus grand écran du Royaume-Uni, mais il peinait à contenir l’histoire de ce qui est sans aucun doute l’un des destins les plus extraordinaires de la musique.

Evidemment Bohemian Rhapsody est un biopic sur Freddie Mercury, le leader du groupe Queen. Mais Bryan Singer réussit la performance de ne pas effacer le groupe derrière son leader. C’est pour moi l’une de ses qualités majeures.

Le film commence alors qu’on découvre Freddie sur le point de rentrer sur scène pour le légendaire Live AID du 13 juillet 1985 à Wembley. Mais alors qu’il est sur le point d’arriver devant le public on retourne en arrière, 15 ans plus tôt, alors que Freddie, que ses collègues surnomment encore Paki, est bagagiste à l’aéroport d’Heathrow. Son destin est sur le point de commencer et on sait donc que le point culminant en sera ce concert de 1985 qu’on peut s’attendre à revoir en fin de film.

J’ai trouvé le début du film très réussi. En quelques séquences, Bryan Singer nous montre le contexte qui vont faire de Farrokh Bulsara, l’enfant de Zanzibar, Freddie Mercury, un londonien de légende. Farrokh est un jeune homme chétif, au physique pas très avantageux, et se trouve enfermé dans son identité natale. Il décide d’ailleurs de changer de prénom pour devenir Freddie au grand dam de ses parents.

La composition de Bohemian Rhapsody, l’un des moments les plus funs du film

Son exutoire c’est de sortir le soir et d’aller voir des concerts. C’est comme ça qu’il découvre le groupe Smile où se trouvent déjà Brian May et Roger Taylor. Lorsque Tim Staffell quitte le groupe, Freddie qui voulait simplement faire chanter les textes de sa composition monte sur scène. C’est alors une révélation. Avec son style théâtral au possible et un charisme qu’on ne lui soupçonnait pas il donne une nouvelle dimension au groupe qui est rebaptisé Queen.

Le ton est donné. Queen est lancé. Signé par une compagnie dont le représentant est joué par l’inévitable Mike Myers, le groupe se lance dans la composition de l’album A night at the Opera où l’on retrouve le monumental titre Bohemian Rhapsody. C’est là l’un des moments les plus funs du film. On a l’impression de se retrouver au milieu du groupe alors qu’ils créent cette chanson cultissime.

Et vu l’implication de May, Taylor et Deacon dans le film, il ne fait aucun doute que cette séquence est des plus précises. Ce qu’on voit fait vraiment plaisir à voir. Ce sont quatre potes qui s’éclatent tout simplement. D’ailleurs n’est ce pas là la meilleure recette pour faire quelque-chose qui plait au public ? Si on s’emmerde en le faisant, le résultat final s’en ressentira forcément. Cela ne fait que confirmer ce dont on pouvait se douter en écoutant la musique de Queen.

Roger, Brian et John ont leur part dans le succès de Queen

En parallèle à tout cela, Freddie rencontre Mary Austin à qu’il demande de l’épouser. Croisée à un concert de Smile, Mary accompagnera Mercury jusqu’à la fin de sa vie. A une époque où vraisemblablement il ne sait pas trop sa situation sexuelle on voit toute l’ambiguïté du personnage. Freddie veut quelqu’un à aimer. Tout simplement. Mary sera son amie la plus proche et aussi celle qui le sauvera quand il est au bord du gouffre.

S’en suivent les tournées et les autres albums. L’occasion de voir l’importance de chaque membre du groupe. I’m in love with my carWe will rock you, ou Another one bites the dust sont des compositions de Roger, Brian et John. Toutes sont des chansons phares du groupe Queen. Il n’y avait pas que Freddie dans le groupe et chacun a une part essentielle dans leur succès.

Mais si côté musical tout va bien, du côté du management c’est plus compliqué. Evidemment Queen est une poule aux œufs d’or dont tous veulent profiter. Aiden Gillen aka Petyr Baelish dans Game of Thrones joue John Reid. Allen Leech aka Tom Branson de Downton Abbey joue l’ignoble Paul Prenter. On ne sait pas trop s’il aime ou pas, d’une manière tordue, Freddie.

Bohemian Rhapsody : une performance de Rami Malek

Mais ce qui est sûr c’est que Prenter n’a pas le beau rôle dans l’histoire de Freddie Mercury. Un manipulateur qui profiter de la situation, coupe Freddie du groupe et de ses amis. Typiquement le parasite de rock star tel qu’on peut l’imaginer. Homo lui aussi, Prenter poussera Freddie Mercury dans les pires excès qui le mèneront à sa mort prématurée. Coupé de tous à Münich, Freddie s’enfonce dans la drogue et la dépravation.

Le concert Live AID fait figure d’acte rédempteur. Il permet à Freddie de retrouver les autres membres de Queen, de se rapprocher de ses parents et surtout de retrouver le public qu’il aime sans compter et qui l’aime tout autant. Avant le concert il annonce aux autres membres du groupe sa maladie et son issue fatale inévitable. Un terrible moment d’émotion.

Le concert constitue le final du film. Un final à grand spectacle comme on en voit rarement au cinéma. Rappelons qu’en 2005, la performance de Queen au Live AID a été votée meilleure performance live de tous les temps. Difficile de dire le contraire après l’avoir vu sur grand écran, comme si on y était.

Et c’est là l’occasion de parler de ce qu’il y a de mieux dans Bohemian Rhapsody : Rami Malek. L’acteur donne pendant plus de deux heures une performance hors du commun pour interpréter un homme extraordinaire. Il sait à la fois montrer la sensibilité à fleur de peau du jeune Freddie jusqu’à son assurance inarrêtable sur scène ou sa vulnérabilité qui le pousse aux provocations les plus inattendues.

REVIEW OVERVIEW
Histoire
Personnages
Style
Previous articleSadie de Courtney Summers
Next articleLa bande annonce de Pupille dévoilée

5 COMMENTS